Salut, c’est Pascal. J’espère que tu vas bien.

Aujourd’hui, je vais te montrer l’utilité de Shopify Partners pour vivre du freelancing.

J’ai donné un cours à des étudiants !

Pour parler un peu d’actualité, ce mardi 29 janvier, j’ai donné un cours aux étudiants à l’École Supérieure du Digital (ESD), à Lyon.

C’était un cours basé sur la maîtrise de Shopify.

Ces étudiants étaient très connaisseurs en WebDesign, ils savaient coder des sites internet de A à Z, ils maîtrisaient parfaitement le HTML, le CSS, Photoshop, Premiere pro pour faire du montage vidéo.

Surtout, je n’avais rien à leur apprendre, ils étaient même familiers sur la notion de CMS, donc ils connaissaient WordPress, Prestashop.

J’avais juste à leur apprendre des choses sur Shopify, les plugins, les thèmes.

Je leur ai surtout montré le principe du dropshipping.

Ils le connaissaient tous de nom, mais ils ne connaissaient pas le process de synchronisation avec Oberlo.

Donc un petit cours de six heures quand même : trois heures le matin, trois heures l’après-midi. Une belle expérience !

En fait, je leur ai notamment parlé de Shopify parce qu’ils pouvaient facilement en vivre en faisant du freelancing.

Le freelancing consiste à de proposer une prestation de service à un client et d’être un indépendant : gérer votre propre marketing, trouver les clients vous-même, etc

Au final, c’est exactement ce que je fais dans le cadre de mes prestations WebDesign où j’aide les e-commerçants à construire leurs boutiques et à leur donner une apparence professionnelle.

Je me suis dit : « Il serait dommage de ne pas parler à ces étudiants de Shopify pour qu’ils l’utilisent dans un cadre de freelance » parce qu’ils ont toutes les connaissances, voire même plus que celles que j’ai personnellement.

Après, il leur suffit tout simplement de maîtriser l’écosystème de Shopify.

Et étant donné que Shopify est un CMS en plein essor, ce n’est pas les clients qui manqueront.

Dans mon cas, je centre mon service sur le WebDesign du thème ainsi que la configuration quelques applications.

Mais il y a énormément plus de choses que vous pouvez faire que ce soit la construction de fiche produit, le copywriting pour être plus ciblé, l’emailing, les stratégies commerciales.

D’ailleurs, tous ces éléments sont inclus dans mes formules VIP.

Il y a vraiment tout ce que vous pouvez choisir de faire, c’est illimité !

D’ailleurs, ce dont je vous parle rejoint une conférence de Fabien Bousquet à laquelle j’avais assisté au WebUp Space sur Lyon lors d’un apéro entre web-entrepreneurs : combiner le freelancing au business.

Business vs Freelancing

La différence entre un entrepreneur et un indépendant

Un Business, c’est une activité qui va vous demander beaucoup de temps au début.

Vous allez devoir investir également de l’argent.

Ce n’est qu’au bout d’un long moment que la pompe à eau s’est enclenchée, que même en faisant peu d’effort, vous allez avoir beaucoup de retours sur investissement.

Mais au début, c’est très long à prendre.

Je discute régulièrement du parcours de mes prospects avec eux.

Souvent, ils ont souscrit à plusieurs formations : ils ont donc déjà investi des grandes sommes alors qu’ils sont encore dans le modèle du salariat.

Forcément, quand vous investissez dans une formation à 1000-2000€, on parle des mois de salaire, donc c’est forcément très compliqué.

Votre taux d’apprentissage est mécaniquement limité.

Le manque de rentabilité signifie la mort de votre entreprise

Ensuite, il faut quand même pouvoir avoir de l’argent pour enrichir le Pixel Facebook, pour avoir de bonnes images, vidéos, etc.

C’est clair que l’E-Commerce est loin d’être un business gratuit, surtout si vous le comparez au business model d’un blog.

Même si vous n’avez pas besoin de faire appel à un développeur web, que vous êtes sur un CMS avec un abonnement à 30€ par mois, vous avez des frais supplémentaires via les applications et les charges de paiement. Vous grimpez facilement à 100€ par mois.

C’est quand même un business où vous devez mettre plus d’argent que si vous ne le faisiez avec un blog par exemple.

Donc, je parle souvent avec ces personnes de ça.

Et cette conférence, un soir, que j’avais vue sur Lyon, c’était de coupler le business au freelancing.

C’est exactement ce que je fais également, je propose ces prestations WebDesign, mais j’ai toujours un pas dans l’E-Commerce.

Grâce à l’argent que je récolte de mes prestations, ça me permet déjà d’en vivre mais également de pouvoir ensuite, à l’avenir, avoir plus de ressources financières, déléguer plus d’efficacement et construire quelque chose avec une meilleure force de frappe, un meilleur effet de levier.

C’est tout l’inverse d’un business, c’est-à-dire vous pouvez très rapidement commencer haut et avoir des revenus à peu près récurrents, soit parce que vous avez une offre récurrente, soit parce que vous arrivez à trouver régulièrement des clients.

Des enjeux différents mais complémentaires

Votre Offre

Après, c’est à vous de déterminer sur quelle offre vous pouvez vous positionner, sous quelle forme vous voulez faire cette offre, récurrente ou etc.

Histoire de vous ouvrir l’esprit, sachez que des choses aussi simples que des prestations de réseaux sociaux à la boulangerie du coin, à l’artisan du coin, ça peut lui donner une valeur énorme.

Pour vous, c’est la base, il suffit de construire une page Facebook.

Je ne vous demande même pas de lui faire des publicités qui sont rentables, je vous demande juste de créer une page, de créer ne serait-ce qu’une publication par jour.

Si vous le faites pour un mois et que vous facturez 500€ par mois, ça ne vous demande pas forcément beaucoup de travail, vous pouvez même le faire vous-même.

Vous avez juste à publier 30 publications.

En étant focus sur une journée, vous pouvez le faire.

Après, vous pouvez même le déléguer à quelqu’un qui, lui, il vous demandera 100€ par mois.

Et vous, tout simplement, vous avez trouvé un contrat et vous faites une marge de 400€ par mois.

Vous voyez, ce sont des exemples spontanés, mais vous avez tout à faire.

J’ai décidé à titre personnel de partir sur des Prestations WebDesign : il s’agit de mon offre « winner », l’offre sur laquelle je communique le plus.

Ce format a toutefois l’inconvénient d’être du « one shot ».

Bien évidemment si les clients souhaitent avoir accès à d’autres services par la suite, j’ai plusieurs offres au-delà de la prestation WebDesign sous la forme d’Upsell.

J’ai également une offre davantage axée sur le suivi : mes coachings E-Commerce.

Ponctuellement à la demande du client, il peut me demander une séance de coaching soit sur l’entrepreneuriat, l’E-Commerce, le mindset, et je peux le débloquer à ce sujet-là.

Mon offre récurrente (car à abonnement trimestriel) est mon bulletin trimestriel l’Accélérateur™.

Coupler le Freelancing au Business

En fait, coupler le freelancing au business, cela a d’énormes avantages, parce que déjà vous apprenez à développer des process dans le freelancing et cela vous permet de progresser sur beaucoup d’aspects qui vous seront utiles ensuite pour votre business.

Vous avez évidemment un accès à un revenu qui sera sans doute en dents de scie au début, mais au moins vous aurez accès à un revenu, c’est déjà mieux que rien.

Et tout simplement, vous vous mettrez moins de pression financière par rapport à votre business et vous lui laisserez le temps de décoller.

Le jour où les revenus de votre business commencent à égaler les revenus de votre activité en freelancing, c’est à vous de décider si vous souhaitez arrêter l’activité de freelancing pour vous concentrer à 100 % sur le business.

En général, c’est une approche qui est plus intéressante.

Le meilleur des deux mondes entre le freelancing et l'entrepreneuriat

Mais reprenons mon activité un instant.

Mon activité de freelancing même pourrait devenir le business en question.

Au lieu de continuer dans l’E-Commerce, je pourrais me lancer dans l’infopreneuriat, avec un véritable catalogue de formations (comme la création d’une Image de Marque ici).

Vous avez plein de stratégies à vous reposer sur le freelancing.

Présentation de Shopify Partners

Demande d’accès et Managed Stores

Vous connaissez sans doute Shopify Partners.

C’est un espace sur lequel vous pouvez gérer les comptes Shopify de vos clients.

Quand je demande une demande d’accès (par exemple pour un audit), ça se fait via Shopify Partners, c’est-à-dire une fois que j’ai l’URL en .myshopify.com du client, je l’écris dans les « Managed Stores » juste ici.

C’est bien entendu quelque chose que j’ai montré à ces étudiants lorsque je leur ai donné ce cours, parce que clairement s’ils ont un potentiel de développement d’activité, c’est bien avec Shopify Partners.

Là, je ne veux pas vous montrer parce que je ne veux pas que vous ayez accès à la liste de mes clients.

L’URL en .myshopify.com, je demande un accès.

La personne va recevoir un email comme quoi je lui ai fait une demande d’accès.

Elle a été prévenue, donc elle sait que c’est normal.

Elle l’accepte et ensuite j’ai accès au log in etc. je me connecte et c’est aussi simple que ça.

Je peux après voir le shop d’une manière complètement normale, complètement analogue à ce que vous, vous avez.

J’ai accès à absolument tout : les applications, le thème, le contenu, je peux absolument gérer tout ce que je veux, donc j’ai la main libre pour faire mes prestations.

Ensuite du côté du client, ça se passe comment ?

Le staff voit que j’ai accès à son shop.

Dans Account, c’est ici que vous pouvez voir les accès au staff.

Une fois que j’ai accès, vous verriez Pascal Degut qui a accès à ce shop.

Dans la formule à 29$ par mois, vous avez accès jusqu’à 2 Staff account.

Si les clients souhaitent que je n’aie plus accès à leurs shops, une fois la prestation terminée, il leur suffit de faire log out ou même carrément de cliquer sur Ulrich Vallée et je peux carrément supprimer ici.

C’est comme ça que ça marche.

Outils d’affiliation

Vous avez un accès à un espace où vous voyez les shops en développement, je vais vous en parler, les shops sur lesquels vous gérez vos clients.

Vous pouvez même avoir des outils d’affiliation pour notamment propager la bonne parole du CMS Shopify et toucher un avantage si vos prospects souscrivent à un abonnement Shopify.

Vous pouvez également avoir un accès aux applications et aux thèmes pour du développement.

Pareil, encore une fois, c’est un nouveau style d’actualité, c’est plutôt que de proposer un service, enfin vous proposez un service avec l’application, mais si vous êtes doué en code ou que vous arrivez à déléguer ça, après une fois vous pouvez faire ce que vous voulez, vous le mettez sur le Shopify AppStore.

Et si vous arrivez à construire une communauté, c’est super.

Development Stores

Les shops en développement, c’est plutôt que de souscrire à la méthode normale, d’avoir votre shop avec les 14 jours d’essai gratuit, mais ensuite si vous voulez vraiment vendre, il faut passer à la méthode payante, vous pouvez passer au Development store.

Dans cette méthode, au final c’est pareil, le Development Store, vous ne pouvez pas réaliser des achats dessus.

Là par exemple, j’ai mon site Tout Chapinou qui est un site de démo.

Vous pouvez voir qu’au moment de passer au Checkout, ça ne va pas fonctionner, c’est fait exprès, c’est un site de démonstration comme je l’ai plusieurs fois répété.

Là, dans cette méthode, de toute façon, je suis en mode, « gratuit ».

Bien entendu, je ne vais pas payer d’abonnement avec tous ces shops en développement, je ne vais pas pouvoir gagner de l’argent grâce à des ventes.

Au moins, ça peut être une manière de faire où vous êtes un petit peu tranquille, vous avez le temps de développer votre shop pendant trois à quatre mois, vous êtes sûr que Shopify ne va pas vous faire des relances à vous demander de vous abonner, et finalement c’est une méthode un peu plus zen de construire tranquillement votre shop.

Le Development Store, c’est intéressant.

Ici, vous avez notamment un template que j’utilise lors des prestations.

Pourquoi j’en ai fait un shop de démonstration ?

Au début, j’avais le thème de Fastlane que je mettais à jour, c’est-à-dire je l’importais une nouvelle fois dans l’une de mes boutiques, par exemple pascaldegut.com

Je le publiais, donc j’ai inversé le template de démonstration avec mon template du site pascaldegut.com.

Je le mettais à jour via l’application.

Je le dépubliais, donc je publiais à nouveau pascaldegut.com et je l’exportais.

C’est vrai que c’est une méthode où je pouvais potentiellement faire des erreurs, des erreurs de doublon.

Vous savez qu’il y a des problèmes d’activation de licence.

Je sais bien le gérer, mais des fois avec une fausse manipulation, vous pouvez créer ça.

Du coup j’ai tout simplement créé un site de Template Prestation sur lequel est connectée l’application.

Je peux vous montrer d’ailleurs, il n’y a pas de problème avec ça.

Si des fois, vous voyez une erreur, vous faites un login à nouveau et ça va fonctionner, ça arrive parfois.

Là, encore une fois, je suis sur les outils que vous connaissez.

Si je vais dans Online store, là j’ai le thème Fastlane à jour.

La seule application que j’ai mis sur ce shop, c’est celle qui gère la license de Fastlane.

Comme ça lors des mises à jour, je n’ai qu’à mettre à jour Fastlane puis j’exporte le thème : je clique sur « Actions » puis « Download Theme File ».

Si j’ai besoin de l’uploader, je le fais en clic.

Je le télécharge et ensuite je n’ai plus qu’à le mettre chez les clients.

Vous voyez, le thème, il n’y a rien dessus.

J’ai quand même évidemment un travail lors des prestations, mais en tout cas ce template me permet de systématiser un certain nombre d’actions.

Et lorsque j’ai notamment le choix de prendre un client, je peux dire :

  • Soit je pars de son shop et j’améliore les petites améliorations par-ci par-là
  • Soit toutes les sections sont à revoir, il y a beaucoup de travail et plutôt que de le faire une à une, je préfère passer par ce template-là, et là, la page d’accueil est complètement vide, donc j’ai tout à reprendre par rapport à ça”.

Mais des fois c’est plus intéressant pour moi de passer par cette méthode-là.

Vous savez tout de mes process.

Le Choc ! Shopify bloque le Custom Checkout

Vous remarquez que j’ai crée 10 Developpement Stores.

Là, j’ai créé monoproduit test, de 1 à 10.

Pourquoi j’ai fait ça ?

Je vais partir plus sur un sujet d’actualité.

C’était l’occasion de vous montrer Shopify Partners.

En ce moment, Shopify est en train de bloquer le Custom Checkout.

Ça, je l’avais vu traîner dans les groupes Facebook, je n’avais pas trop fait attention.

Et là, un des modérateurs du groupe Fastlane, merci à lui de m’avoir relancé, on s’est vu hier, il m’a dit qu’en fin janvier, Shopify allait de plus en plus mettre des restrictions sur ce code Additional Google Analytics JavaScript.

Vous pouvez me dire : “Oui, mais c’est Google Analytics, quel est le rapport ?” 

En fait, c’est dans cet espace que vous pouvez créer beaucoup de choses notamment

1) Enlever le bouton PayPal, c’est ce code-là.

2) C’est un code qui permet, en mobile, de déployer le champ du coupon de réduction, parce que normalement il n’est pas déployé.

Souvent les personnes, en mobile, elles ont vu dans votre boutique, elles pouvaient utiliser un coupon mais ensuite elle ne le voit plus, ça baisse votre taux de conversion.

Écrire ce code permet de palier cela.

3) Ici, c’est vraiment lié à Google Analytics, c’est un code qui permet d’activer le Enhanced E-Commerce (E-Commerce amélioré), ça me permet d’avoir des datas sur l’audience.

Tant que vous n’avez pas activé cette ligne de code, vous ne l’avez pas.

C’est aussi très important surtoutdans cet espace-là que vous pouvez créer un checkout personnalisé notamment celui de Conversion Checkout Pirate pour ceux qui connaissent, c’est très connu.

Il y a des applications qui sont basées sur ça, vous pouvez juste copier-coller un code, c’est gratuit et c’est aussi simple que ça.

S’il y a des demandes, je vous montrerai le code la semaine prochaine.

Comme ça, je vous montrerai une étude de cas de comment on peut personnaliser le code, comment vous pouvez gérer par rapport à la charte graphique de votre site et faire quelque chose d’encore mieux, mettre l’image que vous voulez etc.

Ça, vous me dites en commentaire, si vous voulez.

Tout ça là, Shopify est en train de le verrouiller.

Ce n’est pas le cas pour les shops qui existent déjà, mais ça va être le cas pour les shops qui seront créés à partir de maintenant.

Moi, déjà, hier, je l’ai vu lorsque j’ai créé mes shops tests.

La Solution : Créer des Shops de Développement

Tout simplement, j’ai envie de créer des shops sur lequel je mets un code, comme ça le jour où j’aurais envie de créer des nouvelles boutiques, j’ai une avance de 10 boutiques.

Je sais que ça me va, c’est-à-dire ça m’étonnerait que je gère plus de 10 mono-produits en même temps.

Un mono-produit a une durée de vie.

Normalement, avec 3-4, je suis tranquille, mais je me suis mis une marge, je sais que je peux créer également d’autres shops.

Pour mon besoin, j’ai créé ces 10 shops sur lesquelles j’ai ajouté du code.

Ça, je l’ai fait hier, au 30 janvier.

Au 30 janvier, j’étais déjà bloqué en fait, mais j’ai pu m’en sortir en contactant le support Shopify.

Le support Shopify, je répète, c’est comme ça.

Là, maintenant, vous avez le Shopify en Fr sur lequel vous pouvez contacter par mail seulement les personnes.

Vous pouvez vous adresser en français et vous aurez une réponse sous un jour, ce ne sera pas de l’instantané bien évidemment.

Sinon, je préfère toujours cette URL-ci qui est en anglais, mais là vous avez un tchat, vous êtes mis dans une liste d’attente, normalement ça ne prend pas beaucoup de temps et ensuite vous pouvez directement parler à la personne et normalement votre problème est résolu en 10 minutes, je refais une relance par rapport à ça.

Dans le groupe Fastlane, je vois encore beaucoup trop de questions qui sont liées à Shopify.

Il n’y a pas, encore une fois, de mal à ça.

On vous répondra et c’est okay, mais c’est tellement plus rapide de passer par ça, vous demandez aux bonnes personnes tout simplement.

Si vous posez une question sur le groupe, je vois de plus en plus de personnes qui ne sont pas modérateurs et qui répondent, donc merci à vous, mais malgré tout ce sont les modérateurs qui répondent dans la grande partie du temps.

Mais des fois, vous avez des demandes, soit on ne sait pas, soit c’est tellement en dehors de notre cadre, je l’ai su il y a quelques mois mais maintenant je ne sais pas.

Vous posez la question à Shopify, vous avez la réponse en cinq minutes, c’est aussi simple que ça.

Ou de la recherche Google de base ou de la recherche avec la barre de recherche dans le groupe Facebook, vous avez accès à tellement de postes, vous pourrez trouver tout ce que vous voulez.

Fin de la parenthèse.

En contactant le support, vous leur dites : “Qu’est-ce qui se passe ? Comment, c’est bloqué ?” c’est-à-dire là, normalement, je fais Sauvegarder et ça va marcher.

C’est exactement ça qui se passe.

Vous voyez, maintenant que je fais Sauvegarder, ça ne fonctionne pas.

En fait là, il y a marqué l’erreur : “Analytics extra is disable for the moment. Contact support to enable editing on this freed“.

On redit que ça a été désactivé.

Maintenant, tous les shops seront désactivés par défaut, mais vous pouvez demander au support de faire la demande manuelle.

Ici, dans ce cadre-là, ça ne va pas me pénaliser, parce que j’avais déjà le code.

Donc si j’actualise, normalement j’ai toujours le code, ça ne me pénalise pas.

Je vais vérifier, c’est bon.

Mais là effectivement, je ne peux plus éditer.

Même dans les shops qui existent déjà, vous avez cette restriction qui a été faite.

Je vous conseillerais même, pour tous vos shops même existants, faites la demande au service client aussi tôt que vous voyez cette vidéo-là directement et levez cet accès parce qu’actuellement, vous avez cette possibilité de demander au service client de modifier cela.

Clairement, il ne faut pas se leurrer, vous êtes sur Shopify, vous êtes sur un CMS sur lequel vous n’avez pas du tout le contrôle, c’est Shopify qui décide de la marche à suivre.

Qui sait si dans un futur proche, ne serait-ce que moins de 15 jours, moins d’un mois, vous ne pouvez plus contacter le support pour demander cette activation manuelle ?

Qui sait si peut-être dans trois mois ils vont même supprimer complètement ce champ et on ne pourra plus rien faire ?

Dans ce cas, le sujet de cette vidéo ne sert plus à rien.

En l’occurrence, je préfère me mettre cette marge de sécurité, avoir créé ces 10 boutiques.

Je sais que même si dans deux ans, trois ans, on ne peut plus demander au SAV, j’ai cette réserve qui m’est utile.

C’est une manière de voir long terme.

Créer le shop, ça se fait vraiment super rapidement.

Vous créez le shop, là vous mettez votre adresse mail, votre adresse etc.

Là, j’ai mis un nouveau compte Google Analytics.

En fait, j’ai créé une nouvelle propriété et je l’ai connecté aux 10 shops.

Évidemment, je ne veux pas mettre un identifiant qui appartient déjà à l’un de mes shops parce que ça va casser de la data.

Vous créez une seule nouvelle propriété, pas besoin d’en créer 10, vous le mettez sur la même.

Ça donnera des analytics erronés, mais vous en fichez, ce sont des shops en construction.

Comme ça, vous avez tout simplement, je répète, à créer 10 fois le même process de création de shop, ça prend vraiment une minute.

Vous créez une nouvelle propriété Google Analytics juste pour mettre cet identifiant-là et après vous glissez du code, il suffit de glisser une ligne.

Une fois que vous avez eu l’activation manuelle, vous glissez juste une ligne comme ça.

Vous savez que ce champ a été activé, que ça marche bien et c’est nickel.

Voilà, c’était le sujet de cette vidéo, une petite introduction à Shopify Partners pour vous montrer les possibilités de freelancing avec Shopify.

Si aujourd’hui, vous n’arrivez pas à vivre de votre E-Commerce mais que vous avez travaillé aussi sérieusement que vous le maintenez, ça veut dire que vous avez des compétences que vous pouvez vendre.

Moi, je l’ai fait pour le WebDesign mais il y a plein d’autres façons de le faire, donc n’hésitez pas à vous lancer là-dedans.

Si vous souhaitez surfer sur le sujet d’actualité et avoir accès encore à un checkout personnalisé, je vous conseille de faire tel que je l’ai fait, créer des boutiques.

Là, vous ne pourrez pas mettre les mêmes noms mais vous pouvez écrire n’importe quel nom, vous en fichez.

Vous voyez, là, je les ai créées, toutes, le 30 janvier, donc ça date d’hier.

Ensuite, c’est aussi simple que ça.

Autres Stratégies

D’ailleurs, je ne vous ai pas parlé de ça, mais vous pouvez complètement déléguer de la création de shop à des clients.

Vous n’avez pas à demander à votre client de créer un compte Shopify, c’est-à-dire vous développez le shop sur l’un de ces shops ici, ensuite vous faites transférer la propriété et vous le livrez une fois que vous avez reçu le paiement par exemple.

Encore une fois, le client n’a même pas besoin d’être sur Shopify, il suffirait que vous mettiez en avant le CMS qui est Shopify, que par exemple vous ayez un petit peu des connaissances en WordPress pour faire du blogging parce que vous avez plus de liberté avec le blog de WordPress que le blog de Shopify.

Vous pouvez faire de la création de contenu et trouver n’importe quel client, parce qu’actuellement la création de contenu, c’est quand même un peu la vie.

Même si cela devient de plus en plus concurrentiel etc. il y a une plus-value ajoutée et les entreprises seront prêtes à payer pour ça.

Moi, je cible des particuliers qui sont évidemment limités par leurs budgets, donc ce n’est pas forcément la meilleure stratégie.

Mais vous pouvez tout à fait vous rapprocher d’une grosse entreprise de choper un contrat à 10.000€ pour les six mois ou que sais-je.

Vous négociez en fonction de la tâche de travail et du suivi et du nombre de clients que vous pouvez prendre simultanément.

Après, vous pouvez faire tout ce que vous voulez.

C’est là où j’en reviens au fait que travaillez dur même si au tout début vous ne voyez pas les résultats.

Si vous développez des compétences profondes, ça ne pourra que vous servir.

Shopify, ce n’est pas ce que je qualifie de compétences profondes, mais si vous maîtrisez le WebDesign, peu importe l’outil ensuite que vous avez, si vous savez utilisez en technique HTML/CSS, Photoshop, mais surtout que vous avez appris cette compétence profonde qui est le WebDesign, ça passe tout seul.

Vous pouvez faire des sites à n’importe qui, il y a un besoin immense en ce moment.

Surtout, je ne cible qu’une petite part, vous ne risquez pas de me faire concurrence.

Si un jour, vous vous décidez de faire de la prestation WebDesign sur Turbo, sur un autre thème ou sur du WordPress, en ciblant les avocats ou les médecins en faisant un site WordPress, vous avez plein de choses à faire.

Donc, privilégiez les compétences profondes.

Les compétences profondes, c’est évidemment le copywriting, le contact, les relations interpersonnelles pour mettre en confiance votre prospect, lui montrer que vous êtes dans une démarche gagnant-gagnant, que vous êtes transparent, que vous ne cherchez pas à mentir, à vendre du rêve etc. que vous êtes très pragmatique sur les retours qu’il va avoir en prenant soit votre prestation, soit votre formation etc.

En développant une compétence profonde, vous serez toujours gagnant sur le long terme non seulement d’un point de vue business où vous améliorez vos résultats, mais aussi vous devenez une meilleure personne, vous sentez que vous évoluez et ça aussi ça n’a pas de prix. 

J’espère que cette présentation de Shopify Partners vous aura plu.

N’hésitez pas à créer ce petit stock de boutiques, peut-être c’est être anxieux à le faire mais je pense que vous n’aurez vraiment rien à perdre.

Cela va vous prendre deux-trois heures grand maximum.

Si vous voyez long terme sur Shopify etc. vous en sortirez largement gagnant si un jour Shopify ferme tout ça.

Vous ne direz pas :”Si j’avais su, j’aurais dû prendre le temps de faire ceci et cela”.

Conclusion

J’espère que cette vidéo vous a plu.

N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne You Tube pour recevoir du contenu de la sorte chaque semaine.

N’hésitez pas à laisser un commentaire pour me dire ce que vous en avez pensez de cette vidéo ou des autres vidéos.

Comme ça, je sais un petit peu plus ce que vous attendez.

Enfin, si vous souhaitez avoir un audit gratuit de votre boutique, c’est très intéressant de le faire juste avant que vous lanciez les pubs.

Comme ça, vous ne risquez pas de balancer de l’argent par les fenêtres.

Si votre boutique n’est pas prête, souscrivez à un audit gratuit, c’est sans engagement.

Pour la suite, je vous parlerai d’une offre de prestation WebDesign, mais vous restez libre de choisir de la prendre ou pas.

C’était Pascal.

Je vous dis à la semaine prochaine.

Salut.

J’espère que tu vas bien.

Aujourd’hui, je vais te montrer l’utilité de Shopify Partners pour vivre du freelancing.

J’ai donné un cours à des étudiants !

Pour parler un peu d’actualité, ce mardi 29 janvier, j’ai donné un cours aux étudiants à l’École Supérieure du Digital (ESD), à Lyon.

C’était un cours basé sur la maîtrise de Shopify.

Ces étudiants étaient très connaisseurs en WebDesign, ils savaient coder des sites internet de A à Z, ils maîtrisaient parfaitement le HTML, le CSS, Photoshop, Premiere pro pour faire du montage vidéo.

Surtout, je n’avais rien à leur apprendre, ils étaient même familiers sur la notion de CMS, donc ils connaissaient WordPress, Prestashop.

J’avais juste à leur apprendre des choses sur Shopify, les plugins, les thèmes.

Je leur ai surtout montré le principe du dropshipping.

Ils le connaissaient tous de nom, mais ils ne connaissaient pas le process de synchronisation avec Oberlo.

Donc un petit cours de six heures quand même : trois heures le matin, trois heures l’après-midi. Une belle expérience !

En fait, je leur ai notamment parlé de Shopify parce qu’ils pouvaient facilement en vivre en faisant du freelancing.

Le freelancing consiste à de proposer une prestation de service à un client et d’être un indépendant : gérer votre propre marketing, trouver les clients vous-même, etc

Au final, c’est exactement ce que je fais dans le cadre de mes prestations WebDesign où j’aide les e-commerçants à construire leurs boutiques et à leur donner une apparence professionnelle.

Je me suis dit : « Il serait dommage de ne pas parler à ces étudiants de Shopify pour qu’ils l’utilisent dans un cadre de freelance » parce qu’ils ont toutes les connaissances, voire même plus que celles que j’ai personnellement.

Après, il leur suffit tout simplement de maîtriser l’écosystème de Shopify.

Et étant donné que Shopify est un CMS en plein essor, ce n’est pas les clients qui manqueront.

Dans mon cas, je centre mon service sur le WebDesign du thème ainsi que la configuration quelques applications.

Mais il y a énormément plus de choses que vous pouvez faire que ce soit la construction de fiche produit, le copywriting pour être plus ciblé, l’emailing, les stratégies commerciales.

D’ailleurs, tous ces éléments sont inclus dans mes formules VIP.

Il y a vraiment tout ce que vous pouvez choisir de faire, c’est illimité !

D’ailleurs, ce dont je vous parle rejoint une conférence que j’avais vue sur Lyon lors d’un apéro entre web-entrepreneurs : combiner le freelancing au business.

Business vs Freelancing

Un Business, c’est une activité qui va vous demander beaucoup de temps au début.

Vous allez devoir investir également de l’argent.

Ce n’est qu’au bout d’un long moment que la pompe à eau s’est enclenchée, que même en faisant peu d’effort, vous allez avoir beaucoup de retours sur investissement.

Mais au début, c’est très long à prendre.

Je discute régulièrement du parcours de mes prospects avec eux.

Souvent, ils ont souscrit à plusieurs formations : ils ont donc déjà investi des grandes sommes alors qu’ils sont encore dans le modèle du salariat.

Forcément, quand vous investissez dans une formation à 1000-2000€, on parle des mois de salaire, donc c’est forcément très compliqué.

Votre taux d’apprentissage est mécaniquement limité.

Ensuite, il faut quand même pouvoir avoir de l’argent pour enrichir le Pixel Facebook, pour avoir de bonnes images, vidéos, etc.

C’est clair que l’E-Commerce est loin d’être un business gratuit, surtout si vous le comparez au business model d’un blog.

Même si vous n’avez pas besoin de faire appel à un développeur web, que vous êtes sur un CMS avec un abonnement à 30€ par mois, vous avez des frais supplémentaires via les applications et les charges de paiement. Vous grimpez facilement à 100€ par mois.

C’est quand même un business où vous devez mettre plus d’argent que si vous ne le faisiez avec un blog par exemple.

Donc, je parle souvent avec ces personnes de ça.

Et cette conférence, un soir, que j’avais vue sur Lyon, c’était de coupler le business au freelancing.

C’est exactement ce que je fais également, je propose ces prestations WebDesign, mais j’ai toujours un pas dans l’E-Commerce.

Grâce à l’argent que je récolte de mes prestations, ça me permet déjà d’en vivre mais également de pouvoir ensuite, à l’avenir, avoir plus de ressources financières, déléguer plus d’efficacement et construire quelque chose avec une meilleure force de frappe, un meilleur effet de levier.

C’est tout l’inverse d’un business, c’est-à-dire vous pouvez très rapidement commencer haut et avoir des revenus à peu près récurrents, soit parce que vous avez une offre récurrente, soit parce que vous arrivez à trouver régulièrement des clients.

Votre Offre

Après, c’est à vous de déterminer sur quelle offre vous pouvez vous positionner, sous quelle forme vous voulez faire cette offre, récurrente ou etc.

Histoire de vous ouvrir l’esprit, sachez que des choses aussi simples que des prestations de réseaux sociaux à la boulangerie du coin, à l’artisan du coin, ça peut lui donner une valeur énorme.

Pour vous, c’est la base, c’est juste de construire une page Facebook.

Je ne vous demande même pas de lui faire des publicités qui sont rentables, je vous demande juste de créer une page, de créer ne serait-ce qu’une publication par jour.

Si vous le faites pour un mois et que vous facturez 500€ par mois, ça ne vous demande pas forcément beaucoup de travail, vous pouvez même le faire vous-même.

Vous avez juste à publier 30 publications.

En étant focus sur une journée, vous pouvez le faire.

Après, vous pouvez même le déléguer à quelqu’un qui, lui, il vous demandera 100€ par mois.

Et vous, tout simplement, vous avez trouvé un contrat et vous faites une marge de 400€ par mois.

Vous voyez, ce sont des exemples spontanés, mais vous avez tout à faire.

J’ai décidé à titre personnel de partir sur des Prestations WebDesign : il s’agit de mon offre « winner », l’offre sur laquelle je communique le plus.

Ce format a toutefois l’inconvénient d’être du « one shot ».

Bien évidemment si les clients souhaitent avoir accès à d’autres services par la suite, j’ai plusieurs offres au-delà de la prestation WebDesign sous la forme d’Upsell.

J’ai également une offre davantage axée sur le suivi : mes coachings E-Commerce.

Ponctuellement à la demande du client, il peut me demander une séance de coaching soit sur l’entrepreneuriat, l’E-Commerce, le mindset, et je peux le débloquer à ce sujet-là.

Mon offre récurrente (car à abonnement trimestriel) est mon bulletin trimestriel l’Accélérateur™.

Coupler le Freelancing au Business

En fait, coupler le freelancing au business, cela a d’énormes avantages, parce que déjà vous apprenez à développer des process dans le freelancing et cela vous permet de progresser sur beaucoup d’aspects qui vous seront utiles ensuite pour votre business.

Vous avez évidemment un accès à un revenu qui sera sans doute en dents de scie au début, mais au moins vous aurez accès à un revenu, c’est déjà mieux que rien.

Et tout simplement, vous vous mettrez moins de pression financière par rapport à votre business et vous lui laisserez le temps de décoller.

Le jour où les revenus de votre business commencent à égaler les revenus de votre activité en freelancing, c’est à vous de décider si vous souhaitez arrêter l’activité de freelancing pour vous concentrer à 100 % sur le business.

En général, c’est une approche qui est plus intéressante.

Mais reprenons mon activité un instant.

Mon activité de freelancing même pourrait devenir le business en question.

Au lieu de continuer dans l’E-Commerce, je pourrais me lancer dans l’infopreneuriat, avec un véritable catalogue de formations (comme la création d’une Image de Marque ici).

Vous avez plein de stratégies à vous reposer sur le freelancing.

Présentation de Shopify Partners

Demande d’accès et Managed Stores

Vous connaissez sans doute Shopify Partners.

C’est un espace sur lequel vous pouvez gérer les comptes Shopify de vos clients.

Quand je demande une demande d’accès (par exemple pour un audit), ça se fait via Shopify Partners, c’est-à-dire une fois que j’ai l’URL en .myshopify.com du client, je l’écris dans les « Managed Stores » juste ici.

C’est bien entendu quelque chose que j’ai montré à ces étudiants lorsque je leur ai donné ce cours, parce que clairement s’ils ont un potentiel de développement d’activité, c’est bien avec Shopify Partners.

Là, je ne veux pas vous montrer parce que je ne veux pas que vous ayez accès à la liste de mes clients.

L’URL en .myshopify.com, je demande un accès.

La personne va recevoir un email comme quoi je lui ai fait une demande d’accès.

Elle a été prévenue, donc elle sait que c’est normal.

Elle l’accepte et ensuite j’ai accès au log in etc. je me connecte et c’est aussi simple que ça.

Je peux après voir le shop d’une manière complètement normale, complètement analogue à ce que vous, vous avez.

J’ai accès à absolument tout : les applications, le thème, le contenu, je peux absolument gérer tout ce que je veux, donc j’ai la main libre pour faire mes prestations.

Ensuite du côté du client, ça se passe comment ?

Le staff voit que j’ai accès à son shop.

Dans Account, c’est ici que vous pouvez voir les accès au staff.

Une fois que j’ai accès, vous verriez Pascal Degut qui a accès à ce shop.

Dans la formule à 29$ par mois, vous avez accès jusqu’à 2 Staff account.

Si les clients souhaitent que je n’aie plus accès à leurs shops, une fois la prestation terminée, il leur suffit de faire log out ou même carrément de cliquer sur Ulrich Vallée et je peux carrément supprimer ici.

C’est comme ça que ça marche.

Outils d’affiliation

Vous avez un accès à un espace où vous voyez les shops en développement, je vais vous en parler, les shops sur lesquels vous gérez vos clients.

Vous pouvez même avoir des outils d’affiliation pour notamment propager la bonne parole du CMS Shopify et toucher un avantage si vos prospects souscrivent à un abonnement Shopify.

Vous pouvez également avoir un accès aux applications et aux thèmes pour du développement.

Pareil, encore une fois, c’est un nouveau style d’actualité, c’est plutôt que de proposer un service, enfin vous proposez un service avec l’application, mais si vous êtes doué en code ou que vous arrivez à déléguer ça, après une fois vous pouvez faire ce que vous voulez, vous le mettez sur le Shopify AppStore.

Et si vous arrivez à construire une communauté, c’est super.

Development Stores

Les shops en développement, c’est plutôt que de souscrire à la méthode normale, d’avoir votre shop avec les 14 jours d’essai gratuit, mais ensuite si vous voulez vraiment vendre, il faut passer à la méthode payante, vous pouvez passer au Development store.

Dans cette méthode, au final c’est pareil, le Development Store, vous ne pouvez pas réaliser des achats dessus.

Là par exemple, j’ai mon site Tout Chapinou qui est un site de démo.

Vous pouvez voir qu’au moment de passer au Checkout, ça ne va pas fonctionner, c’est fait exprès, c’est un site de démonstration comme je l’ai plusieurs fois répété.

Là, dans cette méthode, de toute façon, je suis en mode, « gratuit ».

Bien entendu, je ne vais pas payer d’abonnement avec tous ces shops en développement, je ne vais pas pouvoir gagner de l’argent grâce à des ventes.

Au moins, ça peut être une manière de faire où vous êtes un petit peu tranquille, vous avez le temps de développer votre shop pendant trois à quatre mois, vous êtes sûr que Shopify ne va pas vous faire des relances à vous demander de vous abonner, et finalement c’est une méthode un peu plus zen de construire tranquillement votre shop.

Le Development Store, c’est intéressant.

Ici, vous avez notamment un template que j’utilise lors des prestations.

Pourquoi j’en ai fait un shop de démonstration ?

Au début, j’avais le thème de Fastlane que je mettais à jour, c’est-à-dire je l’importais une nouvelle fois dans l’une de mes boutiques, par exemple pascaldegut.com

Je le publiais, donc j’ai inversé le template de démonstration avec mon template du site pascaldegut.com.

Je le mettais à jour via l’application.

Je le dépubliais, donc je publiais à nouveau pascaldegut.com et je l’exportais.

C’est vrai que c’est une méthode où je pouvais potentiellement faire des erreurs, des erreurs de doublon.

Vous savez qu’il y a des problèmes d’activation de licence.

Je sais bien le gérer, mais des fois avec une fausse manipulation, vous pouvez créer ça.

Du coup j’ai tout simplement créé un site de Template Prestation sur lequel est connectée l’application.

Je peux vous montrer d’ailleurs, il n’y a pas de problème avec ça.

Si des fois, vous voyez une erreur, vous faites un login à nouveau et ça va fonctionner, ça arrive parfois.

Là, encore une fois, je suis sur les outils que vous connaissez.

Si je vais dans Online store, là j’ai le thème Fastlane à jour.

La seule application que j’ai mis sur ce shop, c’est celle qui gère la license de Fastlane.

Comme ça lors des mises à jour, je n’ai qu’à mettre à jour Fastlane puis j’exporte le thème : je clique sur « Actions » puis « Download Theme File ».

Si j’ai besoin de l’uploader, je le fais en clic.

Je le télécharge et ensuite je n’ai plus qu’à le mettre chez les clients.

Vous voyez, le thème, il n’y a rien dessus.

J’ai quand même évidemment un travail lors des prestations, mais en tout cas ce template me permet de systématiser un certain nombre d’actions.

Et lorsque j’ai notamment le choix de prendre un client, je peux dire :

  • Soit je pars de son shop et j’améliore les petites améliorations par-ci par-là
  • Soit toutes les sections sont à revoir, il y a beaucoup de travail et plutôt que de le faire une à une, je préfère passer par ce template-là, et là, la page d’accueil est complètement vide, donc j’ai tout à reprendre par rapport à ça”.

Mais des fois c’est plus intéressant pour moi de passer par cette méthode-là.

Vous savez tout de mes process.

Le Choc ! Shopify bloque le Custom Checkout

Vous remarquez que j’ai crée 10 Developpement Stores.

Là, j’ai créé monoproduit test, de 1 à 10.

Pourquoi j’ai fait ça ?

Je vais partir plus sur un sujet d’actualité.

C’était l’occasion de vous montrer Shopify Partners.

En ce moment, Shopify est en train de bloquer le Custom Checkout.

Ça, je l’avais vu traîner dans les groupes Facebook, je n’avais pas trop fait attention.

Et là, un des modérateurs du groupe Fastlane, merci à lui de m’avoir relancé, on s’est vu hier, il m’a dit qu’en fin janvier, Shopify allait de plus en plus mettre des restrictions sur ce code Additional Google Analytics JavaScript.

Vous pouvez me dire : “Oui, mais c’est Google Analytics, quel est le rapport ?” 

En fait, c’est dans cet espace que vous pouvez créer beaucoup de choses notamment

1) Enlever le bouton PayPal, c’est ce code-là.

2) C’est un code qui permet, en mobile, de déployer le champ du coupon de réduction, parce que normalement il n’est pas déployé.

Souvent les personnes, en mobile, elles ont vu dans votre boutique, elles pouvaient utiliser un coupon mais ensuite elle ne le voit plus, ça baisse votre taux de conversion.

Écrire ce code permet de palier cela.

3) Ici, c’est vraiment lié à Google Analytics, c’est un code qui permet d’activer le Enhanced E-Commerce (E-Commerce amélioré), ça me permet d’avoir des datas sur l’audience.

Tant que vous n’avez pas activé cette ligne de code, vous ne l’avez pas.

C’est aussi très important surtoutdans cet espace-là que vous pouvez créer un checkout personnalisé notamment celui de Conversion Checkout Pirate pour ceux qui connaissent, c’est très connu.

Il y a des applications qui sont basées sur ça, vous pouvez juste copier-coller un code, c’est gratuit et c’est aussi simple que ça.

S’il y a des demandes, je vous montrerai le code la semaine prochaine.

Comme ça, je vous montrerai une étude de cas de comment on peut personnaliser le code, comment vous pouvez gérer par rapport à la charte graphique de votre site et faire quelque chose d’encore mieux, mettre l’image que vous voulez etc.

Ça, vous me dites en commentaire, si vous voulez.

Tout ça là, Shopify est en train de le verrouiller.

Ce n’est pas le cas pour les shops qui existent déjà, mais ça va être le cas pour les shops qui seront créés à partir de maintenant.

Moi, déjà, hier, je l’ai vu lorsque j’ai créé mes shops tests.

La Solution : Créer des Shops de Développement

Tout simplement, j’ai envie de créer des shops sur lequel je mets un code, comme ça le jour où j’aurais envie de créer des nouvelles boutiques, j’ai une avance de 10 boutiques.

Je sais que ça me va, c’est-à-dire ça m’étonnerait que je gère plus de 10 mono-produits en même temps.

Un mono-produit a une durée de vie.

Normalement, avec 3-4, je suis tranquille, mais je me suis mis une marge, je sais que je peux créer également d’autres shops.

Pour mon besoin, j’ai créé ces 10 shops sur lesquelles j’ai ajouté du code.

Ça, je l’ai fait hier, au 30 janvier.

Au 30 janvier, j’étais déjà bloqué en fait, mais j’ai pu m’en sortir en contactant le support Shopify.

Le support Shopify, je répète, c’est comme ça.

Là, maintenant, vous avez le Shopify en Fr sur lequel vous pouvez contacter par mail seulement les personnes.

Vous pouvez vous adresser en français et vous aurez une réponse sous un jour, ce ne sera pas de l’instantané bien évidemment.

Sinon, je préfère toujours cette URL-ci qui est en anglais, mais là vous avez un tchat, vous êtes mis dans une liste d’attente, normalement ça ne prend pas beaucoup de temps et ensuite vous pouvez directement parler à la personne et normalement votre problème est résolu en 10 minutes, je refais une relance par rapport à ça.

Dans le groupe Fastlane, je vois encore beaucoup trop de questions qui sont liées à Shopify.

Il n’y a pas, encore une fois, de mal à ça.

On vous répondra et c’est okay, mais c’est tellement plus rapide de passer par ça, vous demandez aux bonnes personnes tout simplement.

Si vous posez une question sur le groupe, je vois de plus en plus de personnes qui ne sont pas modérateurs et qui répondent, donc merci à vous, mais malgré tout ce sont les modérateurs qui répondent dans la grande partie du temps.

Mais des fois, vous avez des demandes, soit on ne sait pas, soit c’est tellement en dehors de notre cadre, je l’ai su il y a quelques mois mais maintenant je ne sais pas.

Vous posez la question à Shopify, vous avez la réponse en cinq minutes, c’est aussi simple que ça.

Ou de la recherche Google de base ou de la recherche avec la barre de recherche dans le groupe Facebook, vous avez accès à tellement de postes, vous pourrez trouver tout ce que vous voulez.

Fin de la parenthèse.

En contactant le support, vous leur dites : “Qu’est-ce qui se passe ? Comment, c’est bloqué ?” c’est-à-dire là, normalement, je fais Sauvegarder et ça va marcher.

C’est exactement ça qui se passe.

Vous voyez, maintenant que je fais Sauvegarder, ça ne fonctionne pas.

En fait là, il y a marqué l’erreur : “Analytics extra is disable for the moment. Contact support to enable editing on this freed“.

On redit que ça a été désactivé.

Maintenant, tous les shops seront désactivés par défaut, mais vous pouvez demander au support de faire la demande manuelle.

Ici, dans ce cadre-là, ça ne va pas me pénaliser, parce que j’avais déjà le code.

Donc si j’actualise, normalement j’ai toujours le code, ça ne me pénalise pas.

Je vais vérifier, c’est bon.

Mais là effectivement, je ne peux plus éditer.

Même dans les shops qui existent déjà, vous avez cette restriction qui a été faite.

Je vous conseillerais même, pour tous vos shops même existants, faites la demande au service client aussi tôt que vous voyez cette vidéo-là directement et levez cet accès parce qu’actuellement, vous avez cette possibilité de demander au service client de modifier cela.

Clairement, il ne faut pas se leurrer, vous êtes sur Shopify, vous êtes sur un CMS sur lequel vous n’avez pas du tout le contrôle, c’est Shopify qui décide de la marche à suivre.

Qui sait si dans un futur proche, ne serait-ce que moins de 15 jours, moins d’un mois, vous ne pouvez plus contacter le support pour demander cette activation manuelle ?

Qui sait si peut-être dans trois mois ils vont même supprimer complètement ce champ et on ne pourra plus rien faire ?

Dans ce cas, le sujet de cette vidéo ne sert plus à rien.

En l’occurrence, je préfère me mettre cette marge de sécurité, avoir créé ces 10 boutiques.

Je sais que même si dans deux ans, trois ans, on ne peut plus demander au SAV, j’ai cette réserve qui m’est utile.

C’est une manière de voir long terme.

Créer le shop, ça se fait vraiment super rapidement.

Vous créez le shop, là vous mettez votre adresse mail, votre adresse etc.

Là, j’ai mis un nouveau compte Google Analytics.

En fait, j’ai créé une nouvelle propriété et je l’ai connecté aux 10 shops.

Évidemment, je ne veux pas mettre un identifiant qui appartient déjà à l’un de mes shops parce que ça va casser de la data.

Vous créez une seule nouvelle propriété, pas besoin d’en créer 10, vous le mettez sur la même.

Ça donnera des analytics erronés, mais vous en fichez, ce sont des shops en construction.

Comme ça, vous avez tout simplement, je répète, à créer 10 fois le même process de création de shop, ça prend vraiment une minute.

Vous créez une nouvelle propriété Google Analytics juste pour mettre cet identifiant-là et après vous glissez du code, il suffit de glisser une ligne.

Une fois que vous avez eu l’activation manuelle, vous glissez juste une ligne comme ça.

Vous savez que ce champ a été activé, que ça marche bien et c’est nickel.

Voilà, c’était le sujet de cette vidéo, une petite introduction à Shopify Partners pour vous montrer les possibilités de freelancing avec Shopify.

Si aujourd’hui, vous n’arrivez pas à vivre de votre E-Commerce mais que vous avez travaillé aussi sérieusement que vous le maintenez, ça veut dire que vous avez des compétences que vous pouvez vendre.

Moi, je l’ai fait pour le WebDesign mais il y a plein d’autres façons de le faire, donc n’hésitez pas à vous lancer là-dedans.

Si vous souhaitez surfer sur le sujet d’actualité et avoir accès encore à un checkout personnalisé, je vous conseille de faire tel que je l’ai fait, créer des boutiques.

Là, vous ne pourrez pas mettre les mêmes noms mais vous pouvez écrire n’importe quel nom, vous en fichez.

Vous voyez, là, je les ai créées, toutes, le 30 janvier, donc ça date d’hier.

Ensuite, c’est aussi simple que ça.

Autres Stratégies

D’ailleurs, je ne vous ai pas parlé de ça, mais vous pouvez complètement déléguer de la création de shop à des clients.

Vous n’avez pas à demander à votre client de créer un compte Shopify, c’est-à-dire vous développez le shop sur l’un de ces shops ici, ensuite vous faites transférer la propriété et vous le livrez une fois que vous avez reçu le paiement par exemple.

Encore une fois, le client n’a même pas besoin d’être sur Shopify, il suffirait que vous mettiez en avant le CMS qui est Shopify, que par exemple vous ayez un petit peu des connaissances en WordPress pour faire du blogging parce que vous avez plus de liberté avec le blog de WordPress que le blog de Shopify.

Vous pouvez faire de la création de contenu et trouver n’importe quel client, parce qu’actuellement la création de contenu, c’est quand même un peu la vie.

Même si cela devient de plus en plus concurrentiel etc. il y a une plus-value ajoutée et les entreprises seront prêtes à payer pour ça.

Moi, je cible des particuliers qui sont évidemment limités par leurs budgets, donc ce n’est pas forcément la meilleure stratégie.

Mais vous pouvez tout à fait vous rapprocher d’une grosse entreprise de choper un contrat à 10.000€ pour les six mois ou que sais-je.

Vous négociez en fonction de la tâche de travail et du suivi et du nombre de clients que vous pouvez prendre simultanément.

Après, vous pouvez faire tout ce que vous voulez.

C’est là où j’en reviens au fait que travaillez dur même si au tout début vous ne voyez pas les résultats.

Si vous développez des compétences profondes, ça ne pourra que vous servir.

Shopify, ce n’est pas ce que je qualifie de compétences profondes, mais si vous maîtrisez le WebDesign, peu importe l’outil ensuite que vous avez, si vous savez utilisez en technique HTML/CSS, Photoshop, mais surtout que vous avez appris cette compétence profonde qui est le WebDesign, ça passe tout seul.

Vous pouvez faire des sites à n’importe qui, il y a un besoin immense en ce moment.

Surtout, je ne cible qu’une petite part, vous ne risquez pas de me faire concurrence.

Si un jour, vous vous décidez de faire de la prestation WebDesign sur Turbo, sur un autre thème ou sur du WordPress, en ciblant les avocats ou les médecins en faisant un site WordPress, vous avez plein de choses à faire.

Donc, privilégiez les compétences profondes.

Les compétences profondes, c’est évidemment le copywriting, le contact, les relations interpersonnelles pour mettre en confiance votre prospect, lui montrer que vous êtes dans une démarche gagnant-gagnant, que vous êtes transparent, que vous ne cherchez pas à mentir, à vendre du rêve etc. que vous êtes très pragmatique sur les retours qu’il va avoir en prenant soit votre prestation, soit votre formation etc.

En développant une compétence profonde, vous serez toujours gagnant sur le long terme non seulement d’un point de vue business où vous améliorez vos résultats, mais aussi vous devenez une meilleure personne, vous sentez que vous évoluez et ça aussi ça n’a pas de prix. 

J’espère que cette présentation de Shopify Partners vous aura plu.

N’hésitez pas à créer ce petit stock de boutiques, peut-être c’est être anxieux à le faire mais je pense que vous n’aurez vraiment rien à perdre.

Cela va vous prendre deux-trois heures grand maximum.

Si vous voyez long terme sur Shopify etc. vous en sortirez largement gagnant si un jour Shopify ferme tout ça.

Vous ne direz pas :”Si j’avais su, j’aurais dû prendre le temps de faire ceci et cela”.

Conclusion

J’espère que cette vidéo vous a plu.

N’hésitez pas à vous abonner à la chaîne You Tube pour recevoir du contenu de la sorte chaque semaine.

N’hésitez pas à laisser un commentaire pour me dire ce que vous en avez pensez de cette vidéo ou des autres vidéos.

Comme ça, je sais un petit peu plus ce que vous attendez.

Enfin, si vous souhaitez avoir un audit gratuit de votre boutique, c’est très intéressant de le faire juste avant que vous lanciez les pubs.

Comme ça, vous ne risquez pas de balancer de l’argent par les fenêtres.

Si votre boutique n’est pas prête, souscrivez à un audit gratuit, c’est sans engagement.

Pour la suite, je vous parlerai d’une offre de prestation WebDesign, mais vous restez libre de choisir de la prendre ou pas.

C’était Pascal.

Je vous dis à la semaine prochaine.

Salut.

Partager:

Laisser un commentaire

Fermer le menu